Les gens heureux lisent et boivent du café – Agnès Martin Lugand

IMG_0345

J’ai choisi ce livre sur les conseils de ma libraire, ayant déjà lu d’Agnès Martin Lugand, Entre mes doigts le bonheur se faufile qui ne m’avait pas laisser un souvenir formidable, je n’étais pas forcément convaincue. Ma libraire a insisté en me disant que pour elle je n’avais pas forcément commencé par le meilleur et que je devais plutôt me tourner vers celui-ci.

Résumé :

Diane perd brusquement son mari Colin et sa fille Clara, 5 ans, dans un accident de voiture. Son monde s’écroule. Pendant un an elle continue de vivre dans leurs souvenirs, n’ayant rien touché dans leur appartement et refusant de voir qui que ce soit hormis son meilleur ami Felix avec qui elle tenait un café littéraire appelé Les gens heureux lisent et boivent du café. Elle décide de tout quitter et de s’exiler en Irlande afin de fuir son entourage qui ne semble pas la comprendre. Arrivée sur place, dans le petit village de Mulranny, elle fait la connaissance avec Abby et Jack les propriétaires du cottage qu’elle a loué ainsi qu’avec son voisin Edward qui ne semble pas très accueillant. Elle va alors tenter de se reconstruire petit à petit loin de ses habitudes parisiennes et dans ce pays inconnu qui faisait tant rêver son mari.

Mon avis :

J’ai commencé ce livre peu convaincue n’ayant pas particulièrement aimé le premier livre que j’avais lu de cet auteur. J’avais alors trouvé une histoire trop « simplette » qui m’avait semblée bourrée de clichés et peut être un peu trop « à l’eau de rose » pour moi. Très rapidement à la lecture de ce livre j’ai totalement changé d’avis ! J’ai été vraiment agréablement surprise par ce roman, tout d’abord par son thème qui ne peut pas laisser insensible mon cœur de maman.

On est tout de suite plongé dans l’histoire puisque l’accident de voiture coûtant la vie de Colin et Clara nous est décrit dans la première page. On s’identifie facilement au personnage de Diane et on imagine sans difficulté l’épreuve terrible qu’elle doit surmonter. Attention cependant, ce livre n’est pas noir et ne nous plonge pas pendant 200 pages dans une ambiance morbide pesante, le sujet traite plus de la reconstruction longue et difficile après un deuil. On voit Diane franchir certaines étapes, puis s’écrouler derrière, ce qui rend les choses très réalistes et qui nous poussent à garder ce livre entre les mains. On a envie de la soutenir et de la voir se relever après chaque chute. Ses émotions sont parfaitement décrites, simples mais justes.

J’ai également beaucoup aimé les personnages secondaires de cette histoire, tout particulièrement Felix pourtant très caricatural dans son rôle du meilleur ami homosexuel à la vie complètement dévergondée et flirtant avec les limites. J’ai aimé sa place irremplaçable auprès de Diane et la douceur qu’il lui porte lors des moments les plus difficiles.

Un autre élément important dans ce roman : l’Irlande. On se laisse charmer par le paysage malgré la pluie presque omniprésente. Diane qui quitte Paris et sa grisaille, son rythme effréné, va se reconstruire petit à petit dans le calme et l’accueil bienveillant des Irlandais, ça donne envie et cela semble idéal pour se retrouver face à soi-même.

Au final j’ai vraiment beaucoup aimé ce roman que j’ai dévoré en 2 jours, l’écriture est simple et agréable à lire. Je n’ai qu’une envie : lire la suite, La vie est facile ne t’inquiètes pas, que j’ajoute dès maintenant à ma pile à lire.

Ma note : 18/20.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s